• Mona

Bien se servir des réseaux sociaux : les bases



L'usage des réseaux sociaux est essentiel pour faire passer notre message. En effet, c'est le seul canal de communication, au-delà des actions de rue, qui est gratuit. Donc, utiliser les réseaux sociaux est la base d'une communication à moindres coûts.

Cependant, leur utilisation à visée efficace et militante est parfois compliquée à comprendre. Nous vous en expliquons ici les ficelles. Toutefois, cet article n'est pas exhaustif, et nous serons amenés à apporter des compléments d’information sur nos réseaux sociaux. En effet, c'est un sujet complexe et qui évolue presque chaque jour. Nous aborderons Instagram, Twitter et Facebook, mais dites-nous en commentaire si si vous voudriez que nous décortiquions d'autres réseaux sociaux.

Contactez-nous si vous souhaitez d'autres informations sur les réseaux sociaux, ou des conseils personnalisés.


Conseils communs à tous les réseaux

En règle général, il est idéal de ne pas poster le même contenu sur toutes les plateformes en même temps, mais plutôt d'essayer de laisser du temps entre les deux canaux de diffusion.

L'idéal, c'est que votre association ait la possibilité d'avoir un contenu natif, c'est-à-dire que personne d'autre ne peut avoir, et qui se concentre sur l'activité de l'association. En effet, ces contenus sont nos plus-values par rapport aux autres associations ou entités militantes, ainsi c'est ce qui nous différencie et ce que l'utilisateur•rice cherche en s'abonnant à plusieurs pages.


Pour choisir les plateformes où l’on va être le plus actif, il faut définir lesquelles vont apporter de la valeur à notre message, et celles sur lesquelles nous sommes le plus à l’aise.


Sur tous vos réseaux, varier les contenus va éviter de lasser votre audience. Dans sa conférence sur la communication pour les sentients, Florence Dellerie l'explique bien :



Le ton du contenu est lui aussi à varier. Puisque notre message est globalement sensibilisateur, on peut facilement tomber dans une routine de contenus négatifs. Ainsi, avoir une large variété de contenus, certains positifs, d'autres éducationnels, d'autres encore plus tristes sera plus engageant pour votre communauté.


Toujours au niveau général, nous remarquons que nos posts ont souvent pour objectif d'être partagés à un cercle large. Dans ce sens, nous pouvons créer notre contenu en l'analysant pour qu'il soit facilement partageable.


Pour rédiger les légendes des posts, un texte dynamique sera à privilégier. Pour cela, posez une question à laquelle l'audience répondra en commentaire, mais surtout, ajoute des émojis. En particulier notre contenu doit transmettre une émotion (miser toutefois sur celle-ci avec modération), et les émojis sont là pour cela. Attention cependant à ne pas en bourrer nos posts, 1 à 3 emojis suffisent.

De plus, soigner les légendes sera la clé d'un contenu facile à créer mais récoltant beaucoup d'engagement. À titre d'exemple, l'erreur à ne pas faire est d'écrire en majuscules, car votre lectorat peut se sentir submergé.



Instagram, c'est 1,22 milliards d’utilisateurs actifs dans le monde

Quel est le principe d’Instagram ?

C’est un réseau social où l’on poste des photos et vidéos dans un format classique de fil d'actualité, ou en stories. C'est majoritairement une plateforme de divertissement et d'inspiration.

Le taux d’interactions y est 4 fois supérieur à celui de Facebook. C'est donc une opportunité plus grande pour toucher le public avec notre message. Ce réseau est très utile pour toucher une cible sensible à la cause animale jeune, avec plusieurs outils pour faire passer le message. . En outre, la plateforme privilégie le contenu "lifestyle", c'est-à-dire centré sur des modes de vie. Cela peut être un frein, puisque nous avons des revendications politiques claires au-delà du simple mode de vie justement. Une bonne manière de contourner cela est donc de montrer les actions, d’en faire la promotion, tout en utilisant des modes de la plateforme.


Instagram est un réseau qui privilégie les communautés réunies par des intérêts communs : les hashtags et l'identification des lieux dans les publications en sont la preuve. Et, contrairement à Facebook et Twitter, le contenu d’Instagram touchera difficilement une audience plus large que notre communauté.

De plus, le réseau se porte à faire des séries « au cœur de l’action », dans une logique intimiste avec l'audience.s militants d'Animal Resistance par exemple. Et ce, particulièrement en stories, comme l'ont fait Meet The victims lors de leurs actions en Europe.



Les jeunes sont-ils à cibler ?

Instagram est un réseau plutôt jeune, il est donc recommandé de s’adresser à une cible de cet âge-là lorsque vous postez sur Instagram. En effet 71% des utilisateurs de la plateforme ont moins de 35 ans (source : Hootsuite, 2019).

5 tips pour bien se servir d'Instagram

Comment se servir d'Instagram ?

Les posts sont là pour évoquer des faits, expériences, ou visuels importants, quand les stories sont plus axées sur la vie quotidienne. Les vidéos Reels sont très favorisées par l'algorithme. Ainsi, nous vous recommandons de regrouper plusieurs vidéos ou photos dans un reel et d'y ajouter une musique tendance afin d'augmenter votre nombre de vues.

Si vous souhaitez avoir plus d'informations concernant la création de reels, contactez nous à lacommengagee@gmail.com.



Concernant les stories, il est possible de faire des photos, vidéos, et de partager des posts.

Leur fonctionnement est optimisé pour l’esthétique. Nous vous conseillons de publier entre 3 et 5 stories d'affilée, pour répondre aux envies d'avoir un contenu fourni sans toutefois lasser l'audience.

Afin d'engager le public, il est recommandé d'utiliser les stickers d’interactions dans vos stories :

- les sliders, pour montrer à quel point on se sent comme l’émoji donné ;

-les sondages, pour demander un avis de l'audience. Souvent, il peut servir à adapter le contenu à ce que vont dire les internautes, ou à l'inverse leur montrer que notre entité va dans leur sens ;

- les questions, pour permettre aux internautes de nous adresser directement leurs demandes ou interrogations sur la structure ou nos actions.


Malheureusement, aucun partage n’est possible sur la plateforme si ce n’est en story.

L’utilisation d’Instagram se fait majoritairement durant des moments courts comme dans un ascenseur ou l’attente à la caisse. Ainsi, les textes longs sont à bannir.

Les contenus autorisés en post sont les photos (plusieurs photos sont possibles dans un seul post), et les vidéos. Le partage d'articles ou de contenu provenant d'un autre site web n'est pas autorisé, car il n’est pas possible d’inclure des liens dans les posts Instagram.

Leur fonctionnement est optimisé pour l’esthétique.

Si vous souhaitez plus d’informations sur la réalisation de stories efficaces, ou sur Instagram en général, contactez -nous !


 

Facebook c'est 2,85 milliards d'utilisateurs actifs chaque mois, et 40 millions d'utilisateurs actifs mensuels en France en mars 2021.

Quel est le principe de Facebook ?





Il y a deux types de profils : d'abord les pages publiques, que l'on peut aimer, versus les pages personnelles avec laquelle on peut devenir amie.







Quelle est la cible de Facebook ?

L'âge moyen des personnes utilisant Facebook est de 40 ans. Cependant dans notre mouvement, Facebook est le réseau principal de diffusion de contenu. En effet, surtout en France, nous le privilégions car c'est le seul sur lequel il est possible de créer des évènements.


Comment se servir de Facebook ?

Sur les posts, les légendes courtes sont à privilégier, quitte à ajouter des précisions en commentaire. En effet, une trop longue description ne sera pas lue, et lassera vos audiences.

Quant aux vidéos en live, elles suscitent 3 fois plus d'engagement que les vidéos normales, car cela montre le cœur de l'action. Cependant, un Facebook live réussi est relativement long, avec une durée minimum aux alentours de 10 minutes, sans maximum.

Les commentaires sont la base de l'interaction, avec une réelle intention au-delà des « J’aime ». Parfois, des trolls peuvent venir s'immiscer sous notre publication. S'il peut être parfois intéressant de répondre aux commentaires pour montrer que l'on s'intéresse à l'échange avec notre audience, il est parfois nécessaire de cacher certains commentaires non constructifs. Ainsi, on peut masquer des commentaires sans que les personnes concernées le sachent.



Concernant les stories, c'est comme pour Instagram : il est conseillé de poster entre 3 et 5 stories à la suite, pour à la fois donner assez d'informations ou de contenus, tout en ne lassant pas l'audience. De plus, la taille des légendes en publication Facebook ne doit majoritairement pas dépasser 1 à 3 phrases, pour les mêmes raisons. Mais ce conseil n'est pas à prendre au pied de la lettre, certaines pages Facebook fonctionnent très bien avec des longues descriptions.


Les principes de l'algorithme Facebook

L’objectif en tant que personne qui crée du contenu sur la plateforme est de faire remonter pour chaque utilisateur ce qui l’intéressera le plus, ou plutôt ce qui sera le plus susceptible d’être « aimé », commenté et partagé (c'est-à-dire de susciter de l'engagement).

En pratique, plus un contenu produit une réaction dans un premier temps, plus il a de chances d'en provoquer d'autres chez son public, positive ou négative. Par exemple, une publication sur laquelle vous avez 2 fois plus d'interactions ou de mentions j'aimes que d'habitude, sera plus affiché dans le fil de vos abonnés par l'algorithme. Pour arriver à atteindre cet objectif, il est nécessaire de comprendre les mécanismes de l'algorithme de Facebook. D'abord, Facebook privilégie le contenu des personnes que nous avons en amies plutôt que celui des pages. L'intérêt principal, en tant qu'association par exemple, est d'avoir un contenu directement partagé par des personnes à leur "amis".

Sinon, l'algorithme se base sur 4 autres principes :

• l’affinité : les statuts d’une page ou d’un ami ont plus de chance d’apparaître sur le fil si nous avons déjà interagi avec elle ou lui par le passé ;

les interactions : un contenu qui n’apparaiîtra pas normalement dans votre fil y remontera si un grand nombre de vos amis interagissent avec ;

le type de contenu : certains, comme les statuts, ont plus de poids que les mentions « j’aime » ;

le temps : un élément publié sur Facebook a d’autant plus de chance d’être mis en avant qu’il est récent ;




Des horaires de publication sont conseillées, mais il n'y a rien de mieux que d'adapter les horaires de publication à son audience.






Et justement, Facebook a un très bon centre de statistiques, qui permet de savoir précisément un grand nombre de données.





Voici comment y accéder




Par exemple, dans l'onglet Publications, on peut voir les horaires où l'audience est connectée. Cela permet par la suite de programmer votre contenu juste avant l'horaire du pic de connexion.




S'il est utile d'avoir une interface de statistiques, il est fondamental d'avoir la main aussi sur les publications, pour optimiser leur impact.

Le creator studio est une interface qui permet de programmer et gérer les posts et stories d'une page. Il serait trop long d'expliquer comment l'outil fonctionne ici ; ainsi nous vous conseillons d'aller voir cette vidéo si vous souhaitez en savoir davantage.



Les évènements

Comme nous le disons, les évènements sont la clé de nos interactions en interne du mouvement sur Facebook. Ainsi, il est fondamental de le maîtriser pour recruter des personnes sur nos actions.

Avec la nouvelle interface de Facebook, la création d'évènement est assez guidée, mais il y a quelques points importants à connaître.

Premièrement, le nom est la première chose que l'on voit lorsqu'un évènement s'affiche.


Sur la 3ème étape de création, l'onglet Paramètres est fondamental à explorer : par défaut, seul l'entité qui crée l'évènement peut publier dans l'évènement,. Or cela nuit aux personnes qui veulent s'exprimer, par exemple pour demander un covoiturage, poser une question, ou poster les photos après l'évènement par exemple.










Si Facebook a une grande interface où il est parfois difficile de s'y retrouver, Twitter s'en tient à l'essentiel.

 

Twitter, c'est le 5ème réseau social avec plus de 12 millions d'utilisateurs. Les 25-34 ans représentent 25% de la communauté sur Twitter, et les 18-24 ans 22% des utilisateurs.


Les bases

Les notifications, c’est là où vous voyez les « réponses » à vos tweets (avec lesquelles vous pouvez interagir pour susciter de l’intérêt, et de la satisfaction auprès de votre audience qui se sent gratifiée).







Pour avoir une meilleure expérience et ne rien rater des tweets des autres, il faut régler le fil d’actualité, qui montre par défaut les tweets populaires, en "voir plutôt les tout derniers Tweets".
















Suivre des comptes

Contrairement à Facebook, tous les comptes Twitter ont le même type de profil. Cela rapproche ses utilisateurs et utilisatrices et explique la forte importance des communautés sur Twitter. Aussi, cela facilite l'interaction entre de petites associations (ou des individus sans notoriété) et des personnes politiques ou plus connues.


Les mots à connaître :

- Le « feed », c’est le fil d’actualité ;

- « RT » veut dire retweeter, c’est-à-dire lorsque vous partagez un contenu sur votre profil, cela apparaîtra dans le fil d’actualité des personnes qui vous suivent ;

- Les « likes » sont les mentions « J’aime » qu’on peut laisser sur les différents tweets sur la plateforme.


Au coeur de l'algorithme Twitter

Tout d’abord il faut savoir que Twitter trie selon :

l’engagement du tweet : c'est-à-dire que plus un tweet a de retweets, de « J’aime » et de commentaires, plus il aura de chances de passer dans le fil d'actualité de votre communauté ;

l’engagement du tweet par rapport à l’engagement des autres tweets de l’auteur. En d'autres termes, si le tweet suscite plus d'engagement que vos tweets habituels, il sera remonté dans le feed du public ;

l'âge du tweet : c'est la raison pour laquelle il est conseillé de tweeter très régulièrement, car plus un tweet est récent, plus il sera privilégié par l'algorithme ;

la fréquence de l’engagement avec l’auteur du tweet ; l'algorithme fera remonter votre tweet dans le fil des personnes qui ont le plus interagi avec vos précédents tweets. Donc avoir une audience fidèle qui prend l'habitude de réagir à vos tweets vous assure une force sur Twitter ;

le média contenu dans le tweet : un tweet avec image, vidéo ou article sera plus mis en avant que s'il ne contient aucun média.


Répondre au mieux à ces critères ouvre une meilleure chance de toucher une audience large.

Ainsi, il convient d'utiliser la plateforme en allant chercher ces facteurs, afin d'être privilégié par l'algorithme.


Le retweet

Lorsque vous avez un tweet où vous faites la promotion d'une idée par exemple, vous pouvez demander à votre audience de le retweeter (par exemple via une phrase comme « RT si vous êtes d’accord » ou « merci de RT »).

N’hésitez pas non plus à challenger les gens : donner des défis leurs permet de s’impliquer, de répondre, de donner leur avis, et c’est lorsque vous allez avoir du trafic sur votre page et des partages, même négatifs, que l’algorithme de Twitter va préférer partager votre contenu. Il est recommandé de poster jusqu’à 3 fois par jour. Cependant vous pouvez retweeter des tweets importants précédemment faits/publiés.

Cela fait remonter votre tweet dans le fil d’actualité des personnes qui vous suivent. Il est conseillé ensuite de retourner sur le tweet le soir pour enlever le retweet (afin qu’on ne voie pas en allant sur votre profil que vous avez retweeté vos propres contenus, ce qui donnerait l’impression que vous vous mettez en avant sur votre profil, que vous profitez du système de retweet possible). Ce conseil n’est valable que sur les retweets sans ajout de commentaires.




Les hashtags

Il est conseillé d’utiliser des hashtags comportant 3 mots maximum pour améliorer la visibilité et la compréhension du hashtag.

Lorsque vous voulez tweeter, mais que vous n'avez pas d’idées préconçues du contenu à tweeter, regardez les hashtags en tendance, et utilisez-en un que vous pouvez insérer dans votre propos. Par exemple, si le hashtag #Covid19 est en tendance, vous pouvez tweeter sur le lien entre covid et l'exploitation animale.


Les sondages

Les sondages sont un bon moyen pour connaître la nature de votre audience, ce qui va vous permettre d’adapter votre message et sa formulation. Par exemple, êtes-vous vegan/omnivore/un acteur de l’exploitation animale ?


Le contenu

Pour ce qui est du contenu, la diversité est primordiale. Ne publier que des articles, ou que des photos ne jouera pas en votre avantage. Les gens se lassent ! Tentez d’insérer des vidéos, des sondages, des tweets avec des punchlines sans images, ldes retweets de d’autres comptes…

D'ailleurs, les vidéos ajoutées doivent faire maximum 2 minutes 20 pour être acceptées par Twitter.



D'autres conseils arriveront prochainement, notamment sur le fonctionnement de Tiktok et ses avantages de diffusion.


73 vues0 commentaire